• Johannes Landis

Le mouvement social vu du monde de la com

Mis à jour : 13 août 2020

Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'accueil du mouvement social par le monde de la com est divers...


À ce sujet, je voulais lancer un coup de gueule, tirer un coup de chapeau et saluer un formidable coup de main.


Tout d'abord, mon coup de gueule. Il concerne Gautier Picquet, président de L'Udecam, de Publicis Media et COO de Publicis France, qui donne une interview dans Stratégies n°2022 daté du 9 janvier 2020. Pas n'importe qui, donc. Ce monsieur nous révèle qu'au sujet des grèves, "Les Français ont besoin de comprendre un mouvement pour le soutenir".


On se demande comment un grand patron censé prendre le pouls du pays peut être autant à côté de la plaque, et surtout à côté du formidable soutien populaire que les grèves suscitent. Et Gautier Picquet de nous resservir la tarte à la crème de la "prise d'otage". Je ne souhaite pas à Gautier Piquet de connaître ce qu'est une vraie prise d'otage, cela n'a rien à voir avec des quais bondés. Je lui suggère de relire à ce sujet les témoignages poignants des rescapés du Bataclan.


Heureusement, tout le monde n'en est pas là. Mercedes Erra, présidente et fondatrice de BETC et présidente exécutive de Havas Worldwide livrait une interview lucide et nécessaire sur bien des points, dans le numéro 2021 de Stratégies daté du 3 janvier 2020. Elle y parlait notamment de l'impact des Gilets jaunes dans le paysage politique, et des questions qu'il pose quant à la consommation et aux inégalités. Elle y traçait aussi un cap volontariste concernant les discours de rejet de l'immigration.


Enfin, je saluerai le formidable coup de main donné au mouvement social par la CGT Info com, qui regroupe les salarié-e-s de l'information et de la communication. Maîtrisant tous les rouages de la com, notamment de la com digitale, le syndicat a proposé une caisse pour soutenir les grévistes, qui atteint ce jour 2 000 000 d'euros !




Oui, vous avez bien lu, 2 000 000. C'est dire le niveau de soutien que le mouvement social engrange à l'heure actuelle.


Plus que jamais, l'écoute du pays, de ses aspirations, de ses réflexions et de ses peurs doit être le point de départ de toutes celles et tous ceux qui prétendent prendre la parole et toucher les Français et les Françaises.


Sinon, la com ne sera que la pire version d'elle-même : juste de la com.


À bon entendeur !