• Johannes Landis

Castex : parler pour ne rien dire, mais positivement

Mis à jour : 13 août 2020

Voyons avec Jean Castex comment ne rien dire, mais ne rien dire avec toute la positivité nécessaire, cette positivité qui fait dire à la cible : « Je n’ai rien compris, mais ça a l’air cool ».

La recette est simple :

1) Ne prenez que des mots mélioratifs, dénotant des réalités flatteuses : libérer, intelligence, par exemple.

2) Utilisez des termes polysémiques : retenez uniquement les vocables qui ont au minimum trois sens différents comme vie, pouvant signifier existence, évolution, ensemble d’activités.

3) Visez ce qu’on appelle les « hyperonymes », ces mots qui incluent d’autres mots ainsi qu’énergie, qui contient eau, vent, électricité, pétrole et j’en passe.

4) Employer au moins un mot référant à l’individu : territoire, au hasard.

5) N’oubliez pas, pour faire bonne mesure, un terme qui évoque le groupe : collective fera l’affaire.

6) Pour lier le tout : employez le présentatif C’est.

Et le tour est joué !

Exemple : « Les territoires, c’est la vie des gens. Libérer les territoires, c’est libérer les énergies : c’est faire le pari de l’intelligence collective. »

Jean Castex, 15 juillet 2020.

Jean Castex, Premier ministre.

Vous avez aussi le droit, comme moi, d’attendre des prises de parole plus claires et plus précises.

Communiquer ça se cultive, surtout à l’Assemblée nationale.

© 2019-2020 par Johannes Landis.