La Littérature

On pourrait penser que la pratique de la littérature est superfétatoire. Elle ne serait qu'un "supplément d'âme", un élément décoratif venant compléter la culture générale de tout un chacun. On se tromperait. 

Tout d'abord parce que la littérature est un réservoir d'expériences. Lorsque nous lisons un roman, nous suivons le parcours d'un personnage et nous vivons par procuration des situations que nous n'aurions jamais connues sans cette lecture. Grâce à elles, nous entrons dans un univers particulier, celui de la fiction. D'un roman à l'autre, d'une pièce de théâtre ou d'un poème à l'autre, nous voyageons à travers des mondes très divers, ce qui entretient l'agilité du lecteur ou de la lectrice.  

À une époque de l'attention fractionnée, dispersée, du trop plein d'informations, lire c'est aussi retrouver la linéarité d'une pensée ou d'une histoire. L'aspect cursif de cette pratique met au centre les questions de fluidité, de cohérence et de prospective qui devraient être au coeur de la réflexion et de l'action de l'être humain. 

 

Épopées guerrières ou romans intimistes nous plongent dans la science du récit. Vecteur d'émotions puissantes au service d'une rhétorique implacable, cet art de conter est le socle dont se nourrit aujourd'hui le storytelling nécessaire à toute organisation désireuse d'obtenir de la visibilité. 

La littérature regorge également de formules passées à la postérité :

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme,"

"plutôt la tête bien faite que bien pleine",

"le monde entier est un théâtre".

Au-delà de leurs auteurs (Ici : Rabelais, Montaigne, Shakespeare), ces phrases témoignent d'une capacité à condenser sa pensée que ne renieraient pas les amateurs de punchlines. 

Pratiquer la littérature (mieux que lire, relire), c'est donc s'autoriser à fréquenter les meilleurs conseillers afin de donner corps et force à sa propre parole. 

La pratique de la littérature concerne : 

  • Les formes de discours : narratif, descriptif, argumentatif, etc.

  • Les genres littéraires : roman, théâtre, essai, fable, poésie, etc.

  • Les registres  : comique, tragique, lyrique, pathétique, etc.

  • Les mouvements littéraires et culturels : réalisme, surréalisme, romantisme, classicisme, absurde, etc.